Connexion



AWS Panier


1- Préparation des ailes des ouvrières Imprimer Envoyer
Documentation - Utilisation du Systeme

La préparation des ailes est une phase importante car elle a des conséquences importantes sur la qualité des mesures et donc des identifications réalisées par ApiClass. Les paragraphes suivants décrivent pas à pas la marche à suivre. Heureusement, cette préparation est plus longue à décrire qu'à réaliser. Elle nécessite cependant un peu de pratique que l'on acquiert facilement.


  1. Avant de préparer une aile il est très important de vérifier qu'elle soit utilisable avec ApiClass. La rubrique sélection des ailes détaille les différents problèmes qui peuvent se rencontrer comme des anomalies alaires, des mutations ou des ailes opaques, déchirées,  etc. 

  2. Détacher une des deux ailes antérieures. Des ciseaux d'ophtalmologiste sont parfaitement adaptés à cet effet, mais ils sont chers. Il est possible d'utiliser également un fragment de lame de rasoir maintenu dans un mandrin et de tenir la base de l'aile ou l'abeille avec des pinces d'entomologiste. Prendre soin de ne pas conserver la base de l'aile qui contient les sclérites (parties dures plus épaisses que la membrane de l'aile) de l'articulation de l'aile sur le thorax. Recouper la base de l'aile si nécessaire. L'image de gauche indique en blanc la position des 19 points-repères utilisés par ApiClass. Les deux points les plus à gauche délimitent la première nervure transverse qui doit absolument être conservée lors de toute découpe de l'aile. L'image de droite montre un autre exemple de découpe de la base de l'aile.  la rubrique sélection des ailes contient des images d'ailes incorrectement découpées qui ne pourront être mesurées. Merci de vous y référer.

  3. Si l'insecte était conservé en alcool, laisser macérer quelques minutes l'aile dans de l'eau déminéralisée ou distillée pour éliminer l'excès d'alcool. Renouveler l'opération si nécessaire. Procéder de même si l'aile était conservée à sec en commençant par un un bain dans de l'alcool à 30-50° de façon à bien mouiller l'aile. On peut éventuellement rajouter un peu d'agent mouillant ou à défaut une goutte de liquide vaisselle.

  4. Placer l'aile dans une grosse goutte d'eau déposée au préalable sur une lame pour préparations microscopiques. L'aile doit être parfaitement mouillable. Elle ne doit pas troubler l'eau, ce qui pourrait indiquer la présence d'alcool résiduel. Recommencer dans ce cas l'étape N° 2. La goutte d'eau doit être suffisante pour contenir largement l'aile et être bien bombée. Il est conseillé de nettoyer régulièrement la lame avec de l'alcool à 90-95° et de la sécher avec un chiffon non plucheux ou du papier absorbant ou des mouchoirs en papier. Ne pas monter l'aile dans de l'alcool même très dilué en raison des risques d'évaporation rapide. Il est déconseillé d'utiliser un mélange d'eau glycérinée. Le dosage et le mélange sont délicats. L'aplanissement de l'aile est plus difficile à obtenir et les mesures sont moins bonnes. L'excès de glycérine exige de plus un nettoyage approfondi de la lame et de la lamelle entre chaque montage. Utiliser toujours de l'eau distillée, de l'eau déminéralisée (pour fers à repasser ou pour batteries au plomb) ou de l'eau douce non calcaire : le calcaire contenu dans l'eau du robinet finit par se déposer et provoque des taches sombres et denses sur les images qui peuvent fausser les mesures, voire les rendre impossibles.

  5. Déposer sur une lamelle une petite goutte d'eau. La lamelle doit avoir une taille suffisante pour recouvrir entièrement l'aile. Des lamelles 20x20 (mm) ou d'un diamètre de 18-20 mm conviennent parfaitement. Retourner rapidement la lamelle: la goutte d'eau doit rester en place au centre de la lamelle. Déposer la lamelle doucement à plat sur la goutte d'eau contenant l'aile : les deux gouttes fusionnent et contribuent ainsi à chasser les éventuelles bulles d'air. Il ne doit pas y avoir de bulles au voisinage des points-repères sous peine de fausser les mesures. L'image ci-dessous à gauche montre que le point mesuré N°2 (en bleu) n'est pas placé correctement par le système de mesure. La cause en est la bulle d'air située au-dessus de la nervure. Dans un tel cas, recommencer au besoin après avoir remis l'aile en place et après avoir essuyé la lamelle (important sinon la goutte tend à s'étaler sur la lamelle et l'effet de chasse sur les bulles ne se produira pas). A ce stade l'aile doit être bien plane entre lame et lamelle. La membrane de l'aile ne doit pas être repliée comme sur l'image de droite ci-dessous.  L'excédent d'eau doit déborder de la lamelle. Rajouter éventuellement un peu d'eau (avec une pipette « Pasteur » ou avec la pince, mors serrés, ou mieux encore avec un pinceau fin détrempé) de façon à ce que toute la surface de la lamelle "flotte" sur la goutte. A ce stade il est possible de modifier l'orientation de l'aile. Cette opération n'a d'intérêt que si le système de numérisation utilisé ne permet pas de faire tourner a préparation microscopique. C'est le cas des scanners pour diapositives, même s'il est toujours possible de retraiter l'image après numérisation. L'aile sera de toutes façons automatiquement reorientée par le système de mesure d'ApiClass qui traite indifféremment les ailes gauches et droites.

  6. Éliminer l'excès d'eau avec du papier absorbant, du papier filtre ou avec un mouchoir en papier posé à plat sur la lamelle. Appuyer très légèrement et verticalement pour éliminer l'excès d'eau (ne pas faire glisser la lamelle latéralement). Cette façon de procéder contribue également à éliminer toute trace d'eau sur la face supérieure de la lamelle. Renouveler au besoin l'opération. Il ne doit y avoir ni entrée d'air importante (touchant l'aile notamment) sous la lamelle ni débordement d'eau sur la lame : toute l'eau doit être emprisonnée entre lame et lamelle. Éponger encore si besoin est ou rajouter un peu d'eau avec un pinceau au niveau des points d'entrée d'air sous la lamelle. Vérifier que l'aile est bien plane. La lamelle, bloquée par la tension superficielle, ne doit pas bouger. L'aile ne doit pas se déplacer sous la lamelle : éponger l'excès d'eau qui en serait responsable dans le cas contraire. La lamelle doit être bien plane. Si elle apparaissait légèrement oblique, surélevée au niveau de la base de l'aile en raison d'une surépaisseur, recommencer le montage. La planéité de la préparation est une des clefs conditionnant la qualité des images et donc des mesures. Les montages entre lame et lamelle sont la garantie de montages plans qui fournissent des mesures avec une excellent répétabilité.

  7. Prendre en photo l'aile. Pour les détails pratiques, voir la rubrique sur la numérisation. Si le temps de numérisation était trop long ou si la température trop élevée, l'eau pourrait s'évaporer provoquant une entrée d'air sous la lamelle. Rajouter alors un peu d'eau avec un pinceau en évitant de créer des bulles. éponger à nouveau au besoin.

Mise à jour le Samedi, 18 Octobre 2008 14:35
 
Accueil Documentation Utilisation du Systeme 1- Préparation des ailes des ouvrières